prochaines formations

Joomla Social by OrdaSoft!

En 2015, 4 582 jeunes ultramarins ont bénéficié d’un service militaire adapté avec l’aide de Pôle Emploi

Le ministère des Outre-mer a rendu public, le 2 février, les conclusions du comité de pilotage du protocole d’accord national 2015-2017 signé entre Pôle emploi et le Service militaire adapté (SMA) au profit de l’emploi des jeunes ultramarins. « Le protocole a été signé il y a près d’un an et aujourd’hui, nous sommes réunis pour un premier bilan de cette coopération », a indiqué Nicole Bréjou, responsable du département partenariats de l’opérateur. Le comité, qui a réuni les cinq chefs de corps des régiments et bataillons du SMA et les directeurs régionaux des cinq départements et régions d’outre-mer (Drom) concernés [1], a ainsi exprimé « un premier bilan positif », selon le colonel Philippe Haristoy, directeur du pôle opérations du SMA. « Nous avons renforcé la coordination entre le SMA et Pôle emploi afin de lutter efficacement contre le chômage des jeunes ultramarins sur les territoires où les deux organismes sont implantés », a-t-il ajouté. L’objectif du protocole d’accord est « la sécurisation des parcours professionnels de ces jeunes bénéficiaires du SMA en s’appuyant sur la complémentarité de nos offres de services », a précisé Nicole Bréjou. Dans le cadre de ce partenariat renforcé, 4 582 jeunes ultramarins ont bénéficié d’un parcours en 2015 dans les cinq départements d’outre-mer, dont plus de 26 % de jeunes femmes. « La plus grande partie d’entre eux était demandeurs d’emploi et donc inscrits sur les listes de Pôle emploi mais la totalité était éloignée de l’emploi. Ils ont tous pu bénéficier d’un enseignement aux méthodes et techniques de recherche d’emploi, réalisé sous la responsabilité de Pôle emploi. Enfin, ils ont tous été accompagnés par les cadres du SMA pour construire et mettre en œuvre un parcours d’insertion, en liaison avec Pôle emploi », a exposé le colonel Philippe Haristoy. Parmi les jeunes volontaires stagiaires, 63 % n’étaient pas diplômés et 39 % étaient en situation d’illettrisme. À l’issue de leur formation globale en SMA (6 à 8 mois pour un diplôme, 10 à 12 mois pour un non diplômé), 76,3 % des jeunes ont été insérés dont plus des trois-quarts dans l’emploi et 25 % ont choisi de poursuivre une formation qualifiante. Près de 50 % des insérés l’ont été dans l’emploi durable, et plus de 87 % sur leur territoire d’origine. De son côté, Claude Gorges, directrice des partenariats et relations extérieures de Pôle emploi, a salué un « partenariat efficace compte tenu d’un repérage partagé des métiers en tension, de la mobilisation des jeunes pour entrer dans un parcours SMA, de l’organisation par Pôle emploi de mises en situation au sein des entreprises… et dans la mesure où ce partenariat essaime notamment avec la mise en place progressive du service militaire volontaire (SMV) ». Le ministère des Outre-mer a d’ailleurs observé « une baisse de 10 % du chômage des jeunes ultramarins en un an, notamment grâce à l’action conjointe du SMA et de Pôle emploi ».

Source : http://www.actualite-de-la-formation.fr/

Haut

Notre site utilise des cookies pour mesurer l’audience et les usages de nos visiteurs, et vous offrir la possibilité de partager les contenus sur les réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Ok